VTT et aventures dans l’arrière pays : en selle avec Joey Schusler !

Solidement ancré dans sa culture locale, Joey Schusler est pour certaines personnes un réel ambassadeur des Rocheuses du Colorado. C’est en jouant dans les forêts près de chez lui pendant son enfance qu’il a commencé à créer puis à façonner des sentiers, avant de se lancer dans le VTT de descente, et de se frotter aux meilleurs enduristes de la planète à l’occasion de quelques Enduro World Series. 

Aujourd’hui, c’est le frisson de l’aventure qui le pousse à enfourcher son vélo. Pour Joey, il n’y a rien désormais rien de plus exaltant que de préparer un parcours épique à VTT et de se lancer. Son périple en bikepacking qu’il a effectué au Nouveau Mexique en est la parfaite illustration ! En plus d’être un vététiste remarquable, Joey est également réalisateur hors-pair qui sort rarement sans sa caméra.

Nous sommes très heureux d’accueillir Joey parmi nous en tant qu’ambassadeur. Comme nous, c’est un mordu d’aventure !

Décrivez-vous en trois mots

Positif, jovial, passionné

Pédales plates ou clips ?

Clips ! Mais parfois les pédales plates pour varier les plaisirs.

Comment êtes-vous arrivé au VTT ?

Petit, je construisais des sentiers VTT dans les bois. J’ai commencé à participer à des compétitions dès l’âge de 13 ans. Pour moi ça a été une progression naturelle, le début d’une véritable passion.

29 ou 27,5 (si jamais, c’est la taille des roues) ?

J’aime les deux mais pour des raisons différentes. Actuellement, je roule sur un 29’’.

Bière ou shake protéiné ?

Bière, sans hésitation.

Qu’est-ce qui vous pousse à partir à l’aventure ?

L’air frais, des vues spectaculaires et des souvenirs inoubliables avec mes amis. J’aime le défi que représente la préparation et la réussite d’un voyage en pleine nature.

Quelle aventure vous a le plus marqué ?

Mon plus beau voyage à vélo a été dans les montagnes du Caucase, en République de Géorgie, avec mes amis Ross, Brice et Sam. Nous avons réalisé un court métrage sur cette aventure, intitulé The Trail to Kazbegi. C’était intéressant de partager notre expérience de cette manière. Les montagnes étaient impressionnantes et les anciens sentiers semblaient presques improbables pour la pratique du VTT.

Quels sont vos projets pour les mois qui viennent ?

Compte tenu de la situation actuelle dans le monde avec la pandémie, il est difficile de prévoir le nombre de mes déplacements à l’étranger cette année. J’avais prévu un voyage en bikepacking au Tajikistan en septembre, on verra bien. Je vais bien évidemment faire le Colorado Trail, plus de 800 kilomètres de pistes vierges de Denver à Durango, dans mon charmant État natal du Colorado.

Gants ou sans gants ?

Sans gants !

Quelle est la chose la plus dingue que vous ayez fait à VTT ?

Me mettre en selle pour les hautes Andes péruviennes lors de ma première expédition en bikepacking. Dès le départ, j’ai dû m’armer de courage car je n’étais pas préparé pour cela !

Pourquoi recommandez-vous komoot ?

Pour les expéditions à vélo, il est indispensable d’avoir un plan et de savoir où on met les pieds (ou les pneus dans ce cas). Komoot est l’outil idéal pour se lancer et conserver les traces de ses itinéraires à vélo !

Avec les restrictions actuelles, comment utilisez-vous komoot pour cultiver cet esprit d’aventure ?

J’ai pris du plaisir à garder une trace de mes aventures et à concocter de nouveaux itinéraires pour l’été en attendant de pouvoir me lancer dans de plus grands projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *