Mon vélo, la montagne et moi. Le vélo sous la pluie mais dans la joie !

L’été, le soleil et les vues imprenables, voilà ce que Martin avait à l’esprit en planifiant son voyage à vélo le week-end dernier dans les Alpes bavaroises. À sa grande surprise, il fut accueilli par le vent, une pluie battante et des températures glaciales. En dépit de ces circonstances (ou peut-être grâce à elles), il a tout de même vécu une aventure inoubliable…

Cela fait à peine cinq minutes que je roule lorsque je me pose la question pour la première fois : continuer ou abandonner ? Je suis bien loin du chant des oiseaux et du bruissement des feuilles dans la chaleur douce de l’été. Il pleut des cordes, le bruit est assourdissant. J’ai pourtant planifié cette sortie en plein milieu de l’été et m’attendais donc à des températures agréables et au grand soleil. La météo en a malheureusement décidé autrement.

Dans les Alpes, le temps change si vite qu’on peut rapidement être déstabilisé mais je suis bien préparé. J’ai rangé mon équipement léger dans des sacs imperméables et apporté avec moi des vêtements de pluie pour me prémunir du froid et l’humidité. À vrai dire, il n’y a que ma tête qui n’est pas tout à fait prête!

L’idée de cette sortie m’est venue grâce à un déplacement professionnel. Puisque j’allais être dans les Alpes, j’ai décidé d’amener mon vélo et, plutôt que de rentrer directement après une semaine de travail, j’allais faire un petit détour par les montagnes. De la salle de réunion aux Alpes en quelques tours de pédale, quoi de mieux? Sur le papier, tout semblait simple. Objectif : le refuge Albert Link, niché au cœur d’un paysage pittoresque dans les Préalpes bavaroises, à 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer. J’étais donc impatient de découvrir les alpages idylliques, d’entendre les cloches des vaches tinter et de profiter des vues imprenables avec en prime une nuit dans le calme de l’altitude. Mais décidément, rien ne se passe comme prévu !

Si vous avez le virus de l’aventure, vous êtes familier du fait : lorsque la météo est capricieuse, les premières minutes sont déplaisantes et c’est peu dire. Mais une fois votre corps réchauffé et l’esprit au calme, les choses s’améliorent rapidement. 

Quelques kilomètres plus loin,  je suis donc à nouveau dans la course, entre joie et averses en pleine montagne, une sacré aventure ! Certes, je n’ai pas profité d’une pause petit-déj en haute altitude, en admirant le panorama, mais cette virée nappée de brume compense ma déception. Après quelques kilomètres, je savoure enfin un instant magique, tout le contraire de ce que j’avais pu imaginer, mais unique et envoûtant.

Après la première vraie ascension, me voilà bien réchauffé, mais la pente est si raide que je perds régulièrement l’adhérence avec ma roue arrière J’aurais peut-être dû amener mon VTT plutôt que mon vélo de Gravel…  Je me dis alors que des pneus plus larges et un braquet plus adaptés seraient plus que bienvenus ! Cette ascension est l’occasion d’une lutte incessante entre mes jambes et mon cerveau mais je sais qu’une longue et belle descente m’attend. 

Dans la descente, j’apprécie ma veste de pluie qui me protège de l’air frais. Sans me laisser distraire par le froid, je profite des joies du dénivelé négatif. Même le bout de mon nez gelé me fait me sentir vivant. Alors que la descente arrive à sa fin, une récompense que seule la nature peut offrir m’attend. Le chemin se termine à l’orée de la forêt et les nuages s’éclipsent pour quelques minutes m’offrant une magnifique vue sur le petit village en contrebas. Quelques rayons de soleil font même leur apparition. Impossible de planifier ces moments là, il faut les vivre tout simplement.

Une sortie à vélo à travers les montagnes est toujours un défi, même si le soleil est au rendez-vous. Il faut rester prévoyant et planifier à l’avance. Je suis content d’avoir vérifié à l’avance quels villages je traverserai et où je pourrai me ravitailler. Planifier des trajets raisonnables au quotidien m’a beaucoup aidé. Avec la topographie exigeante du relief montagneux ma vitesse moyenne est inférieure à celle qui est habituellement la mienne  mais c’est rassurant de savoir que j’ai assez de temps devant moi pour parcourir la distance prévue. 

Cela me permet aussi  de profiter des jolis petits cafés et des belles terrasses pour déguster une part de gâteau au chocolat et une délicieuse tasse de chocolat chaud (au moins aussi bon que la crème glacée et la limonade que j’avais imaginées).

Le temps passe si vite à vélo. Je traverse des paysages alpins enveloppés de brume et entourés de vallées verdoyantes. Un sentier m’emmène à travers des gorges étroites, où les parois rocheuses se dressent majestueusement et où le bruit du ruisseau rivalise avec celui des gouttes sur le gravier. Sur la route je me faufile  entre les vaches qui traversent le chemin.

D’autres fois, le chemin prétendument praticable s’avère être un sentier escarpé techniquement exigeant. Plus la journée avance, plus mon état de fatigue se fait ressentir. À un moment donné, soleil ou pluie n’ont plus aucune importance ; je veux simplement arriver au refuge.

Et puis, au détour d’un alpage sur les hauteurs, le refuge Albert Link apparaît enfin. Un voile de nuages s’étire le long de la route. Heureusement, en quelques minutes à peine et avec mon coup de pédale retrouvé j’arrive en face d’une porte en bois imposante. J’entends des voix joyeuses et le bruit de la vaisselle ; la chaleur et le confort ne sont plus qu’à deux pas. 

À l’intérieur, je suis heureux de poser mes vêtements humides et d’enfiler des habits secs et confortables. Passer d’une atmosphère quasi mystique et pluvieuse au confort d’un refuge et d’un bon dîner fait une sacré différence. Après une longue journée en selle, à batailler avec les éléments, je me sens comblé et fier d’avoir enfin atteint ma destination. Malgré les épreuves, c’est pour ces moments-là que l’on part à l’aventure. Malgré les conditions, malgré la température, cette journée dans les montagnes a été parfaite. Je me couche en sachant que demain, une autre journée exceptionnelle m’attend.

Photos et Auteur : Martin Donat
Voir la Collections personnelles de Martin.

Martin a utilisé nos Cartes par type de sport et notre Planificateur multi-jours pour planifier son aventure.

iconCartes par type de sport

Multi-day Planner iconplanificateur multi-jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *