Septembre 2021 a été un mois particulier avec la première édition du rallye féminin komoot Turin-Nice TNR.  Un parcours de 700 kilomètres sur les cols et les petites routes entre Turin, en Italie, et Nice, en France. Le rêve d’enfance de Lael Wilcox s’est enfin réalisé. Vingt femmes du monde entier se sont retrouvées au départ de Turin et ont été rejointes par d’autres en cours de route. Une semaine de complicité et d’aventure inoubliable.

À l’origine, le Torino Nice Rally (TNR) a été imaginé comme un événement de bikepacking en autonomie. Un défi pour les cyclistes, dont l’objectif n’était pas d’arriver en tête, mais de gravir et de franchir de grands cols. Une épreuve en soi ! Cette année, le célèbre rallye revêtait un caractère particulier. Non seulement Komoot a parrainé l’événement officiel, mais quelques semaines plus tard, notre ambassadrice, Lael Wilcox, a réuni un groupe de femmes de tous horizons pour parcourir le même itinéraire, au cours de la dernière semaine de septembre.

Lael rêvait de parcourir cet itinéraire depuis de nombreuses années, et elle s’est toujours battue pour que davantage de femmes s’initient au bikepacking. Selon elle, dans un article publié dans le Radavist, le concept d’une TNR au féminin conjugue deux de ses rêves : l’organisation d’événements qui donnent vie aux itinéraires et le format du rallye qui constitue une pépinière où les rêves et les idées peuvent se concrétiser.

“Le bikepacking est une source d’inspiration. Lorsque vous avez la possibilité d’échanger des idées avec d’autres personnes, sans trop de distractions et avec autant d’énergie positive, on se met à rêver en grand. C’est pour cette raison que les départs en groupe sont préférables aux événements en solo, car sans la pression de la compétition, les coureurs ont plus de chances de se rencontrer et d’échanger.”

Le rallye féminin Turin-Nice est maintenant terminé, et il a dépassé  toutes les attentes.

Katherine Moore a participé au rallye et a trouvé qu’il s’agissait d’une formidable occasion de tisser des liens et, comme l’a suggéré Lael, d’un excellent moyen de se motiver et de s’inspirer pour de futures aventures :

Après m’être demandée si j’étais capable de parcourir les 600 kilomètres sur des reliefs rocailleux, j’ai fait le grand saut et je me suis inscrite pour rejoindre d’autres cyclistes venues de toute l’Europe pour une semaine dans les Alpes. Le TNR komoot au féminin ne s’est pas seulement résumé à des cols alpins spectaculaires, à des expressos italiens et à des croissants français fraîchement cuits. Je suis rentrée chez moi avec un tout nouveau groupe d’amies toutes plus inspirantes les unes que les autres. Quand on relève ensemble des défis de ce genre, on crée des liens très forts avec les gens, et la WTNR n’a pas fait exception à la règle.”

Tout au long de la semaine, Lael a été ravie de rencontrer et de retrouver des femmes formidables comme Katherine, aussi enthousiastes qu’elle à l’idée de se lancer sur ce parcours difficile. Elles se sont frayées un chemin dans les cols, s’informant mutuellement sur les points de ravitaillement (principalement des bars et des pizzerias), les bons endroits où bivouaquer et même, comme ce fût le cas une fois, trouver un refuge pour se protéger des intempéries alpines.

Une aventure à vélo ne serait pas une véritable aventure sans crevaisons, problèmes mécaniques, mauvais temps et les défis du ravitaillement. La TNR au féminin n’a pas dérogé à la règle. Mais les souvenirs qui restent en mémoire sont bien plus précieux : ceux de nouvelles amitiés nouées, de la bonne ambiance, des vues imprenables et la dégustation de savoureuses pizzas.

Découvrez la liste des équipements de Lael sur Radavist ou sa Collection sur komoot.

D’ici à l’année prochaine… Bonne route à vélo !

Photos © Rugile Kaladyte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *