“ De longues sorties à vélo, du Run & Bike , et le plaisir d’aller toujours plus loin ” : récits d’aventure avec Hillary Allen

À l’âge de sept ans, Hillary Allen a été confrontée à un problème vestimentaire qui a bien failli la dissuader de fréquenter les garçons. C’est lors d’une course locale de 5 km, qu’elle a noté que quelque chose clochait avec la tenue du coureur de tête, engagé sur le chemin du retour vers la ligne d’arrivée. Comme le dit Hillary, “tout (et je veux dire tout) était à l’air”. Bien qu’il lui ait fallu un certain temps avant de retomber amoureuse d’un garçon, cette expérience ne l’a pas rebutée, ni même empêchée de se lancer dans la course à pied. 

Hillygoat, comme on l’appelle sur les réseaux sociaux et dans le milieu du trail running, a obtenu son surnom grâce à la rapidité et l’agilité avec laquelle elle évolue sur les terrains montagneux. Ultra-runneuse avec des sponsors de renom, elle courait entre 50 et 145 kilomètres, jusqu’à ce qu’elle tombe d’une montagne. L’accident a été largement couvert par la presse écrite et en ligne, par les marques, les journaux et Hillary elle-même. C’est une histoire qui a fait la une : une athlète pro victime d’un grave accident. Comment allait-t-elle s’en sortir ?!

Malgré les difficultés, elle s’en est sortie haut la main ! En plus de renouer avec la course à pied, elle s’est mise à pratiquer un nouveau sport dans le cadre de ses récupérations, qui va également dans le sens de son ambition, celle d’aller toujours plus loin

Son nouveau sport de prédilection ? Le cyclisme ou le gravel pour être plus précis. En 2019, elle est entrée dans un magasin de vélos dans sa ville natale de Boulder, dans le Colorado, et a acheté un vélo de gravel vert bicolore qu’elle s’est empressée de nommer Kermit. Et aujourd’hui, c’est avec Kermit et ses chaussures de trail running, qu’elle est devenue pionnière de sa discipline, le Run & Bike : des aventures alternant vélo et course à pied qui portent bien leur nom, puisque le but est de rejoindre le point de départ d’une piste, d’enfiler ses chaussures de running, de monter puis descendre en courant la montagne, et de revenir à la maison à vélo.

Cette formule lui permet d’explorer autrement et de s’épanouir dans ce qu’elle aime le plus : l’exploration. “Il y a toujours de nouvelles choses à explorer, qu’il s’agisse d’un endroit précis ou de mes propres capacités. À chaque sortie, j’ai l’impression d’être une meilleure version de moi-même et d’explorer le monde de la meilleure façon qui soit.” C’est également son moyen préféré pour rester en forme. Ses projets dans un avenir proche incluent de longues sorties à vélo, des aventures alternant course à pied et vélo, et la découverte de nouveaux lieux. Comme elle le dit si bien, “même sans compétitions à l’horizon, c’est ma façon préférée de m’entraîner.” 

Au-delà de l’exploration, les expériences qu’elle a vécues en cours de route rendent le voyage plus amusant, et les anecdotes qui en découlent justifient même les moments les plus difficiles : “Je me souviens notamment d’une journée épique en gravel que j’ai faite à Alta Badia, en Italie. Les routes caillouteuses étaient superbes au départ, un peu raides par endroits, mais au final, le parcours s’est transformé en jolie galère avec des passages en gravier de 20 à 22 % ! Mais ce n’était finalement pas le plus marquant. Les descentes étaient tout aussi difficiles, et pour corser les choses, il a commencé à pleuvoir deux minutes après le départ. Quatre heures plus tard, j’étais gelée, de quoi donner un peu de piquant aux descentes (j’ai dû descendre à pied quelques sections). La douche chaude en fin de journée a été la meilleure des récompenses !”

Si vous la suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que c’est une voyageuse dans l’âme et qu’elle sait mieux que quiconque à quel point il peut être difficile de trouver des parcours adaptés en terre inconnue. “Grâce à Komoot je peux éviter les mauvaises surprises, comme mon parcours escarpé, sous la pluie, à Alta Badia. Komoot contient toutes les informations dont j’ai besoin pour tracer des itinéraires sympas, combiner des boucles et garantir ma sécurité… sans me perdre !”

Mais qu’il s’agisse d’une course à pied dans les Alpes ou d’une randonnée à domicile dans le Colorado, Hillary est convaincue que l’aventure est une question de perspective. “Ça ne sert à rien de voyager jusqu’à l’autre bout du monde pour tenter de trouver la meilleure piste de trail ou le meilleur chemin de randonnée. Parfois on trouve son bonheur à côté de chez soi et grâce à Komoot, c’est le cas. C’est ce qui me motive, peu importe où je suis, que je fasse une course ou non.”

Suivez les aventures d’Hillary sur son profil komoot.

1 Comment

Submit a Comment
  1. TonyD dit :

    Bravo Hillary ! J’ai eu le plaisir de découvrir ton histoire :()

    Maintenant je te suis sur komoot :)))

Répondre à TonyD Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *